Un cœur GROS comme ça

Salut
C’est toujours moi !  Bambidule qui t’écris.

C’est la huitième semaine que je suis au jardin d’enfants avec Moustache et mes nouveaux amis que tu connais aussi maintenant. C’est long… comme des vacances d’été, des grandes vacances sauf que tout est resté en plan, comme si vous alliez revenir le lendemain. 

Normalement les maîtresses elles nettoient partout, elles rangent tout et c’est même un peu triste pendant l’été mais comme je pars chez mes cousins de Bretagne ça m’est égal !

Mais cette fois, les jouets sont restés en place et aussi les petites miettes pour Moustache bien cachées sous la table du goûter, merci les copains. Rien a bougé, mais il y a quelques jours, les maîtresses-tornades sont venues, elles ont rangé, poutzé et remis de l’ordre dans les jouets, pire que les blaireaux dans le jardin. Elles ont même enlevé des trucs qu’on ne peut pas bien laver, elles ont fait de la place et prévu des coins pour se laver les mains… elles ont même inventé une chanson pour qu’on frotte, frotte nos mains super bien !

Dans le jardin, y’a même une entrée spéciale « anti-virus » avec une banderole pour passer dessous comme des rois !

On dirait que les enfants vont revenir…

Avec Moustache on est supers contents de revoir les enfants, de te revoir !!! On n’aura toujours pas le droit de se serrer dans les bras, mais, on aura le droit de jouer, jouer, jouer avec les copains et ça c’est vraiment une très très bonne nouvelle.

Tralala qui vole dans le jardin chante toujours monstre fort, sauf quand il pleut, il déteste la pluie. Ce n’est pas comme Scargotin, le plus coquin des habitants du jardin, tu ne le connais pas ? Incroyable ! Pourtant dès qu’il pleut, il sort de dessous les feuilles et file manger tout ce qu’il trouve dans le potager. Il adore les salades et parfois, il fait des bouchées si grandes qu’il bave, il bave comme un bébé, c’est trop beerk !

 S’il pleut dans le jardin, c’est sûr que tu vas le voir, tranquille pépère en balade, jamais pressé. Scargotin, lui c’est un grand fan du ra-len-tis-se-ment. Il dit tous les matins à Tralala (qui est toujours à fond les manettes) :

 - « Tranquille Tralala, on…- a… -le… -temps…, regarde comme c’est joli ces gouttes de pluies qui glissent sur les tiges de pissenlit… On a le temps, écoute Zozio comme il chante bien tout en haut de l’arbre à Noix… On a le temps, admire Coccinelle comme elle a une jolie robe… On a le temps, sens comme les fleurs ont un doux parfum qui attire notre copain Bourdon...On a le temps Tralala, c’est bien quand on le temps… ».

Tralala ne l’écoute pas toujours mais il aime beaucoup Scargotin et il dit que c’est son meilleur copain, même s’ils ne se voient pas souvent, ils se font des petites surprises et ça les surprises-cadeau. Ça fait toujours plaisir !
Aussi huit de semaines
 que na famille m'aide
 à préparer les courriers

Toi aussi tu peux faire une surprise-cadeau à quelqu’un que tu aimes fort. Juste un dessin ou une réserve de bisous dans des petits papiers, je sais que tu as plein d’idées.
Et voici de quoi faire une surprise-cadeau Cœur
Dans l’enveloppe tu vas trouver :
1.    Des perles multicolores
2.    Un fil de fer

Et tu as besoin encore
Un caillou pour faire un socle
Marche à suivre
1.    Enfile les perles sur le fil de fer
2.    Serre les perles toute ensemble du même côté
3.    Tords les deux bouts du fil de fer en formant un cercle avec les perles
4.    Appuie au milieu du cercle pour former un cœur
5.    Entoure le fil autour d’un caillou pour que le cœur tienne debout


Et à la semaine prochaine, pour de vrai !


Ton pote Bambidule
 

Le pissenlit magique




Salut
C’est encore moi !  Bambidule qui t’écris, j’adore t’écrire, c’est un joli moment, le mardi pour moi, où je m’assieds devant la table rouge, celle de la petite cuisine, celle avec les étoiles collées dessus. J’aime mieux cette table, parce que les autres, les grandes rondes c’est bien quand tu es là, quand tous les enfants sont là. J’aimerais bien que tout recommence comme avant, retrouver les copains, m’asseoir sur une chaise « chat » pour le goûter et chanter très très fort quand on a fini de manger. J’aimerais chanter… mon petit lapin, as-tu du chagrin, tu ne sautes plus, ne danse plus dans le jardin ? (je ne savais pas que les lapins aussi étaient confinés) … je me réjouis qu’on puisse tous faire SAUTE, SAUTE MON LAPIN,SAUTE SAUTE VITE ET BIEN, SAUTE SAUTE MON LAPIN, SAUTE SAUTE VITE ET BIEN… HOP HOP HOP ET STOOOOOP ! Trop rigolo, on recommence !
Moustache et moi, on est allé faire une promenade dans les champs derrière le Bambidule. Et, dans l’herbe verte, y avait des centaines, oui des centaines, c’est beaucoup, hein ? … de pissenlits jaunes, c’était très joli. Alors on a fait un bouquet pour le mettre dans un vase pour les voisins du dessus, ils sont trop vieux et ils n’ont pas le droit de se promener, je suis sûr qu’ils sont contents d’avoir reçu ce joli bouquet.
C’était chouette de marcher dans l’herbe et de sentir les bonnes odeurs de la nature, d’entendre le bruit des insectes, de regarder les fourmis traverser la route goudronnée, toutes alignées comme sur une autoroute. On a marché longtemps et quand on était fatigués, on s’est couché sous un cerisier et on a regardé depuis en dessous les fleurs blanches qui commençaient à s’envoler et les feuilles qui prenaient de plus en plus de place.
On a écouté les bourdonnements des abeilles au travail, mmmh je me réjouis de goûter le miel de Charlie.  Il m’a raconté que ses abeilles étaient revenues toutes seules dans la ruche, d’après lui c’est fou ! D’habitude, il doit prendre une échelle et un grand sac pour faire tomber l’essaim et ensuite le ramener dans une nouvelle ruche. Parce qu’au printemps quand il y a plus de place dans la ruche, une princesse devient reine. Elle s’en va avec ses sœurs et lui, Charlie, il veut garder les abeilles chez lui, alors il fabrique une nouvelle ruche. Il met la nouvelle famille dedans, mais là, les abeilles ont trouvé la ruche trop belle, je pense, alors elles sont venues sans qu’on les oblige, s’installer dans la nouvelle ruche. Trop un magicien ce Charlie.
Hier, on a voulu retourner cueillir un bouquet pour une grand-maman qui habite derrière le jardin, mais les pissenlits s’étaient transformés. Un magicien avait d’un coup de baguette magique métamorphosé les pissenlits jaunes et solides en fleurs blanches et fragiles, à peine j’ai soufflé dessus que des milliers, c’est beaucoup des milliers, hein ? …. de petites graines avec des ailes se sont envolées. On a passé l’après-midi, Moustache et moi à souffler sur ces pissenlits magiques. Je ne sais pas, si près de chez toi, tu peux te promener et souffler sur les pissenlits, si tu peux c’est trop cool ! Si tu ne peux pas, je t’offre un petit cadeau, une bouteille avec des mini bulles que tu peux souffler partout dans ton jardin, ton balcon, ta fenêtre. Alors souffle !!!


Et si tu peux trouver des pissenlits quand même

Tu as besoin :
UN PISSENLIT BLANC AVEC TOUTES SES PETITES GRAINES
o   De la colle en bâton
o   De la peinture ou des stylos
o   Une feuille de papier blanc
Marche à suivre
1.    Peins ou colorie la feuille en vert comme l’herbe
2.    Souffle le pissenlit au-dessus de la peinture pas sèche
3.    Si c’est déjà sec, mets de la colle en bâton, puis souffle….



Ton pote Bambidule
Et chante encore cette chanson qui est ma préférée
Mon petit lapin as-tu du chagrin ?
Tu ne sautes plus, ne danses plus dans le jardin
….
SAUTE, SAUTE MON LAPIN, SAUTE SAUTE VITE ET BIEN,
SAUTE SAUTE MON LAPIN, SAUTE SAUTE VITE ET BIEN…
HOP HOP HOP
HOP HOP HOP
ET…. STOOOOOP !

ARBRE à NOIX


Salut

C’est moi !  Bambidule qui t’écrit.
C’est monstre long d’attendre la fin du confinement non ? En plus, on ne sait pas vraiment quand on va recommencer et si on aura le droit de faire comme avant. Moi, quand j’ai des questions importantes je demande à l’Arbre à Noix, celui du jardin, pas le grand qui fait des grandes feuilles et des petits glands en forme de chapeau, l’autre.

Arbre à Noix. Lui, il est venu tout seul s’installer près du jardin, les humains ne l’ont pas planté. Un corbeau a emmené une noix dans son bec et l’a lâchée sur le parking pour qu’elle se casse sur le goudron, ils font souvent ça les corbeaux. Mais la noix qui a donné naissance à Arbre à Noix, elle a roulé, roulé jusque dans la plate-bande et s’est installée dans la terre et gentiment, discrètement pour que les jardiniers ne la voient pas, elle a germé. Elle était d’abord une petite pousse très jolie, puis elle a grandi, grandi et est devenue un petit arbre. Les jardiniers l’ont laissé parce qu’il était joli, petit et pas trop envahissant. Mais maintenant, Arbre à Noix est devenu très grand et il observe tout ce qui se passe dans le jardin depuis très très longtemps. Par-dessous le parking, il a des racines qui vont loin loin et surtout qui lui permettent de boire et de discuter avec son papa-arbre, Le Noyer, qui est dans le champ des moutons.

Arbre à noix se réjouit aussi que les enfants soient là, parce que quand ils courent partout les enfants et bien ça lui fait des chatouilles aux pieds. Arbre à Noix a vu Tralala voler il y a quelques semaines, il l’a entendu chanter si fort qu’il a réveillé Moustache, tu te souviens ? Il m’a fait un petit signe avec ses branches encore toute nue, sans feuilles. Arbre à noix était super content de voir Zozio arriver et il a pu l’observer quand il a fabriqué son nid et aussi quand il est resté sagement sur son nid pour couver les œufs. Arbre à noix m’a aussi raconté que le matin très tôt, il entend les petits piailler parce qu’ils ont faim. Alors il voit les allers-retours sans fin des deux oiseaux qui vont chercher de quoi nourrir les affamés.

Arbre à noix aime le printemps car au printemps il se transforme, des petits bourgeons poussent sur ses branches puis, les bourgeons s’ouvrent et c’est de jolies feuilles vertes, très claires, presque fluo ! C’est à ce moment-là que Coccinelle-cheffe fait son entrée et commence son installation, un vrai capitaine ! Bourdon évidemment vient aussi tourner autour d’Arbre à noix et il fait son travail d’une fleur à l’autre. Bon, les bourdons préfèrent les cerisiers et les pommiers mais lui aussi a besoin d’eux.

Arbre à noix est sage et quand je suis fatigué, je vais m’appuyer contre son tronc et je rêve un peu.  Il me raconte ses histoires d’Arbre et moi j’écoute, parfois ce sont des histoires un peu vieillottes mais moi j’aime, ça me berce. Même si je m’endors, il n’est pas vexé.
Voilà, Arbre à Noix est de plus en plus beau et depuis ma fenêtre, je le regarde tous les jours avec Moustache qui elle se réjouit de l’automne, tu sais pourquoi ? Mais oui, réfléchis… en automne, il y aura des noix par terre qui tombent de l’arbre et les noix c’est drôlement bon !


Et si tu faisais un bel ARBRE pour chez toi ?

Tu as besoin :
o   De la colle en bâton
o   De la peinture ou des stylos
o   Une paire de ciseau
o   Quelques morceaux de papier de toilette blanc ou rose
Marche à suivre
1.    Peins ou colorie l’arbre en vert clair, presque fluo, après tu peux dessiner les branches ou même coller des bouts de bois si t’en trouve dehors.
2.    Colle les feuilles vertes
3.    Déchire des petits bouts de papier de toilette, tu les chiffonnes et tu les colles sur ton arbre ça fera des fleurs.
4.    Tu peux découper le tour de l’arbre et le coller sur un papier de couleur

 Ton pote Bambidule

Deux chansons que tu connais à chanter sur ton balcon ou ta terrasse ou dans le jardin ou par la fenêtre.


L’escargot
Petit escargot
Porte sur son dos
Sa maisonnette
Maintenant qu’il pleut
Il est tout heureux
Il sort sa tête.

Le clown
J’ai un gros nez rouge
Des traits sur les yeux
Un chapeau qui bouge
Un air malicieux
De grandes savates
Un gros pantalon
Et quand je me gratte
Je saute au plafond 


Bourdon


Salut
C’est toujours Bambidule qui t’écrit. Le facteur a fait long pour t’amener la lettre la semaine dernière, il avait sûrement des œufs de Pâques à chercher, on lui pardonne. Bon, on en était où ? Ah oui, je continue.
J’ai donc réussi à séparer Bourdon et Coccinelle-cheffe, ils étaient vraiment fâchés. Mais Coccinelle-cheffe a eu beaucoup de travail pour installer toutes ses sœurs sur la feuille. Certaines coccinelles ne voulaient pas s’aligner, d’autres voulaient s’installer sur une autre feuille. Coccinelle-cheffe a été très occupée. Du coup, Bourdon a pu bourdonner et bougonner en paix. 
Bon là, vous avez une image un peu négative de notre Bourdon, mais en vrai il peut être très sympa.
L’année dernière, j’étais parti à la cueillette aux champignons avec mes cousins de Bretagne et nous avons marché longtemps, très longtemps dans la forêt. J’avais pris mon sac à dos et même une saucisse à griller. On a marché sur les chemins jusqu’au gros tronc cassé puis on a tourné derrière le sapin et là, bim, patatatra je suis tombé, le pied coincé dans le trou de Blaireau. Même pas juste le pied, presque toute la jambe ! Pas moyen de ressortir. Mes cousins Bretons ont essayé de toute leur force de tirer, de pousser. J’étais coincé, trop nul et pas drôle du tout ! J’ai même un peu pleuré, je ne voulais pas rester toute ma vie dans ce trou de Blaireau.
Mes cousins ne connaissaient pas le chemin du retour pour aller chercher de l’aide. C’est sûr, Bûcheron dans sa cabane saurait comment faire pour me sortir de là. D’abord, on a décidé de crier, d’appeler : BÛCHERON, BÛCHERON, VIENS NOUS AIDER !!
Mais rien à faire, Bûcheron a eu une otite et il n’entend rien, ou presque…
Bon mes cousins et moi, on avait faim, alors on a mis la couverture tout près de moi, mon grand cousin a fait un feu et on a pu griller les saucisses, mmmmh c’était drôlement bon. J’avais repris des forces et du courage, on a essayé encore et encore de sortir ma jambe du trou ! Heureusement que Blaireau dort la journée parce qu’autrement j’aurais eu peur qu’il me morde les doigts de pieds. Mais même avec la force de saucisse, je n’ai pas réussi à m’extirper de ce trou.
On était complètement découragé, quand tout à coup, on a entendu un bourdonnement familier, on ronchonchon qui volait d’un tas de bois à l’autre en râlant… Mais bien sûr, c’était Bourdon, notre Bourdon du jardin. On l’a appelé tout gentiment : Bourdon, Bourdon, tu peux venir ? Bourdon s’est arrêté net ! Plus un bruit, il a dit : Quoi ! Tu veux quoi ?
On lui a expliqué notre problème, il est devenu tout ronronnant et il a dit : Pas de problème, Super Bourdon est là, il va te sauver. Et il a filé à toute vitesse à la recherche de Bûcheron. Dix minutes plus tard on entendait le bourdonnement pétaradant du tracteur de Bûcheron qui arrivait assez vite quand même. Ni une ni deux, Bûcheron m’a sorti du trou et pour nous faire plaisir, il nous a tous ramené sur son tracteur jusqu’au jardin du Bambidule. Bourdon, bourdonnait derrière en râlant quand même un peu, parce que les gaz d’échappement du tracteur, ça ne sent pas bon !

Et voici de quoi fabriquer un Super-Bourdon

Dans ton enveloppe, il y a beaucoup de choses
-      Un gros rond pour le corps
-      Un petit rond pour la tête
-      Deux petites ailes blanches
-      Un papier qui brille
-      Un papier jaune
-      Deux yeux
-      Un cure-pipe pour les antennes
-      Trois bandelettes noires en papier
Tu as besoin :
o   De la colle en bâton
o   Une paire de ciseaux 

Marche à suivre
1.    Déchirer ou découper des tas de petits morceaux de papier jaune
2.    Coller sur le corps et la tête les petits papiers jaunes
3.    Coller les bandelettes noires sur le corps
4.    Coller les yeux et les antennes à leur place
5.    Coller les jolis papiers transparents sur les ailes, découper autour avec un adulte
6.    Coller les ailes dans le dos de Bourdon
7.    Tu peux ajouter un rouleau de papier de toilette derrière le tout pour pouvoir promener ton Bourdon.


Ton pote Bambidule

Coccinelle -cheffe

 Salut
Cool de te retrouver, C’est encore Bambidule qui t’écrit.
Cet après-midi pendant la sieste de Renard, j’ai vu deux gros blaireaux qui farfouillaient dans le jardin. Ils étaient là, à fouiner dans le sable, soulever les jouets. Ils ont même déplacé des trucs d’un bout à l’autre du jardin. Avec Moustache, on aurait bien aimé aller jouer aussi dans le bateau-sable et chasser ces deux blaireaux sans gêne.
C’est sûr ! Si les maîtresses et les enfants avaient été là, ils n’auraient pas osé entrer. Ils ont passé sous la barrière. Ils ont même déplacé les voitures, tu sais les rouges qui vont super vite. Heureusement le tracteur il était rangé tout en haut du tas de bois et ils n’ont pas pu l’attraper, les blaireaux ça ne grimpent pas.
Ils ont mis leur nez dans les feuilles sèches qui étaient tombées de notre arbre, ils en ont mis partout, quel chenit ! Une fois qu’ils avaient mis le bazar, ils sont partis, ni vu, ni connu. Non mais, gonflés les blaireaux !
Je me suis un peu inquiété car sous les feuilles mortes, dans le coin bien à l’abri, il y a toujours les coccinelles qui se cachent pour l’hiver. J’ai eu peur qu’elles se soient fait écraser par ces gros malotrus de blaireaux. Mais ouf, non !
J’ai entendu Coccinelle-cheffe dire à son équipe : « Attention tous avec moi, on grimpe sur la feuille verte, on installe nos quartiers d’été ! » Chaque année c’est la même histoire, les coccinelles grimpent sur l’arbre et font le travail de nettoyage, à fond ! J’ai entendu Coccinelle-cheffe s’inquiéter : « on dirait qu’il y a moins de fourmis ? » Coccinelle-cheffe se dit que les humains ont peut-être mis des produits pas bons !
Moi je sais pourquoi, y ‘a moins de fourmis. Parce que les enfants ne sont pas là et que les miettes du goûter, ben y’en a plus, du coup les fourmis elles sont en train de chercher des trucs à manger près du compost ou sur la terrasse de l’EMS.
Bon, les coccinelles continuent à s’installer sur les feuilles, bientôt elles vont pondre des œufs et ensuite les larves de coccinelles vont grandir et manger les pucerons qui attaquent notre arbre. Elles ont plein de travail et sont supers sérieuses.
Coccinelle-cheffe a croisé Bourdon qui est très content, il vole partout, en faisant un gros bruit de bourdon. Il se cache dans son trou qu’il a fait par terre dans l’herbe. Il espère que les enfants ne vont pas revenir, parce qu’il veut le jardin tout pour lui.
Coccinelle-cheffe lui dit, avec sa voix de super cheffe, très sage : « Ce n’est pas gentil, Bourdon, les enfants sont confinés et ce n’est pas leur faute ! » Mais Bourdon s’en fiche, il bourdonne et il trouve ça vraiment trop bien le jardin sans enfants. Et c’est reparti, ils font que se disputer, pfff, chaque année, ils trouvent un nouveau truc pour se fâcher, ils ne sont jamais d’accord. Je vais essayer de les calmer. Force de BAMBIDULE !!!!!!!!!!
En attendant que Bambidule calme Bourdon et Coccinelle-cheffe, décore la feuille et installe tes coccinelles
Tu as besoin :
o   De la peinture ou des stylos
o   Un pique-pique-poinçon ou un ciseau (avec un adulte tout près)
Marche à suivre
1.    Découpe la feuille, en picotant sur la ligne ou avec le ciseau et l’aide d’un parent
2.    Décore la feuille en faisant des nervures
3.    Colle les coccinelles sur la feuille, elles sont autocollantes mais si c’est trop difficile tu peux aussi mettre de la colle
4.    Si tu veux, tu peux coller la feuille sur un papier de couleur pour que ça fasse joli.

Voilà, je me réjouis de voir ta feuille d’arbre terminée en photo. J’espère que tu ne grandis pas trop vite sinon je ne vais pas te reconnaître quand tu reviendras au jardin d’enfants. Je te mets les paroles des chansons « tube » de Bambidule, si tu sais plus la mélodie, demande à tes parents d’envoyer un what’s app, je leur chanterai la chanson avec Sylvie et Tatiana si je les croise.
Ton pote Bambidule




1. Le Cerf
Dans ma maison un grand cerf
Regardait par la fenêtre
Un lapin venir à lui
Et crier ainsi
CERF, CERF
Ouvre-moi
Parce que dehors il fait froid
Lapin, Lapin
Entre et viens me serrer la main !


5. Petit moulin
Tourne, tourne petit moulin
Frappent, frappent, petites mains
Vole, vole Petit oiseau
Nage, nage, petit poisson.

Petit moulin a bien tourné
Petites mains ont bien frappé
Petit oiseau a bien volé
Petit poisson a bien nagé.

Des oeufs rigolos



Bon tu commences à avoir l’habitude de recevoir du courrier et de mes nouvelles maintenant ? C’est encore Bambidule qui pense à toi.
Tu te rends compte, c’est déjà la troisième semaine qui commence. Sans enfants qui viennent enlever leurs chaussures dans le vestiaire et qui savent mettre leurs pantoufles « tout seul », c’est dingue !
On s’occupe bien au jardin d’enfants. Avec Moustache, on a essayé les casques et on a cherché les marteaux partout pour faire des travaux. On a fait un monstre bruit en tapant de toute nos forces sur les bouts de bois. Après, on a pris une valise et on est parti en vacances « pour de faux » et on a mis les lunettes à soleil parce qu’on n’arrive pas à descendre les stores jaunes.
Pendant ce temps, on a vu que quelqu’un avait sorti le gâteau d’anniversaire en bois avec plein de bougies, ça doit être pour un adulte…très vieux !
On entend Renard râler parce qu’il aimerait aller jouer dehors tout le temps, mais il doit rester avec nous dedans, on est confiné, c’est un drôle de mot confiné, presque un vilain mot…
Bon, heureusement que Moustache est réveillé parce qu’avec lui on rigole bien, pas autant qu’avec tous les enfants mais on joue et avec le super train des mines, on fait descendre des immenses convois à toute vitesse. Moustache adore coller des trucs partout. Il cache aussi des trésors. J’ai cherché hier, mais c’était trop bien caché.
Quand on est fatigué, on s’installe sur le bord de la fenêtre vers le jardin et on surveille les oiseaux. Y’en a un qui a fait un nid et je crois bien qu’il y a des œufs, des œufs trop mignons, tout tachetés.
Moustache a grignoté le bout d’une pantoufle qui traînait dans les déguisements, je l’ai grondé mais je crois que ce n’est pas trop grave. J’espère que ce n’est pas la tienne ?
Bon, si tu as aussi un nid chez toi tu peux fabriquer des œufs pour mettre dedans, il sera content ton Zozio. Il adore les surprises. En tout cas les oiseaux du jardin, ils ont l’air d’en avoir au moins trois. Je me réjouis de voir les oisillons.



En attendant les oisillons, fabrique des œufs pour le nid de ton Zozio
Tu as besoin :
o   De la peinture
o   D’un set de table ou un plastic de protection
o   Un bol d’eau, pas trop plein
Marche à suivre
1.    Sors la vraie terre de la forêt qui est dans le sachet.
2.    Joue avec la terre, fais des trucs, ne t’inquiète pas ça se lave facilement, si c’est trop sec, tu peux mouiller tes doigts dans le bol, tu peux lisser joli avec les doigts mouillés.
3.    Quand tu as assez joué, forme des œufs, trois petits ou un gros, comme tu veux !
4.    Laisse sécher, attention c’est fragile si ça tombe catastrophe, mets les dans un bol
5.    Une fois sec (parfois une nuit), faire des petits points blanc ou colorés pour que ça ressemble à un vrai œuf.
6.    Les laisser sécher, puis les glisser délicatement dans le nid de Zozio

Recette de pâte à sel, pour jouer encore plus longtemps et faire plein de petits oeufs

1.    1 tasse de sel
2.    2 tasses de farine
3.    1 tasse d’eau (pas plus)
4.    Bien mélanger, pétrir
5.    C’est prêt pour continuer la production des œufs

À bientôt ! J’ai adoré les photos que tu as envoyé, merci
Ton pote Bambidule